Migrants à Nantes : après Daviais, tous ensemble pour un accueil inconditionnel
Partager

Voici le communiqué des élus écologistes et citoyens de Nantes et Nantes Métropole, suite à l’évacuation et mise à l’abri des migrants du square Daviais à Nantes jeudi 20 septembre :

 » Face à un Etat défaillant, le Maire a décidé d’agir pour mettre fin aux conditions de vie indignes des personnes installées sur le square Daviais. Nous nous associons à cette décision.

Nous sommes avant tout fiers de la mobilisation et de la générosité des Nantais qui quotidiennement se sont relayés pour subvenir aux besoins de ces personnes et les soutenir. Ils montrent la voie d’une ville humaniste.

La Ville reprend la main en s’appuyant sur cette solidarité citoyenne, associative et intersyndicale, et l’engagement volontaire de ses agents. C’est ce que nous préconisons depuis des mois.

Il nous faut maintenant coopérer tous ensemble à la réussite d’un accueil digne et inconditionnel pour qu’aucune personne ne se retrouve à la rue.

Les collectifs , associations et l’intersyndicale doivent être écoutés et associés. Ils ont lié une relation de confiance et de respect avec les migrants. Faire avec eux, c’est maximiser nos chances de réussir, dans le seul intérêt des migrants.

Communes, département, région,… nous devons, en tant qu’élus, mobiliser le patrimoine de notre collectivité pour loger dignement ces personnes, tout en faisant pression sur cet Etat inerte qui en a la responsabilité.

Enfin, au-delà de l’urgence, nous soutenons la construction d’un plan d’actions sur le moyen et long terme avec toutes les parties prenantes afin de se donner les moyens qu’une telle situation ne se reproduise plus. »

Vous pouvez compter sur la détermination des élus écologistes et citoyens de Nantes et Nantes Métropole.

Catherine Bassani, élue EELV, a représenté la ville de Nantes le 26 septembre à Lyon à la réunion du « réseau des villes et territoires accueillants ». Ce réseau, initié par Damien Carême maire de Grande-Synthe, a pour but que les villes puissent peser ensemble face à l’État défaillant.