CP EELV : Personne à la rue à la veille de la trêve hivernale !
Partager

Communiqué de Presse – 28/10/18

Personne à la rue à la veille de la trêve hivernale !

Ce vendredi une soixantaine de migrants sans abri a été expulsée du square Vertais à Nantes. Il s’agit essentiellement de demandeurs d’asile auxquels l’État doit protection au titre de la convention de Genève. S’ils étaient là, c’est parce que l’État n’assume pas ses obligations et que les intéressés n’ont aucun lieu pour se mettre à l’abri. Ils errent depuis des semaines pour trouver un endroit pour dormir. Le droit international et la législation française devraient les protéger.

Pourtant, ils sont chassés des rares lieux où ils pourraient dormir. Ils sont chassés parce que la ville a décidé d’empêcher toute nouvelle occupation de l’espace public. C’est la troisième fois qu’elle a demandé aux forces de police de les évacuer : Daviais, puis le jardin des Fonderies, puis ce square Vertais, en empêchant à chaque fois ensuite leur retour (destruction des pelouses, pose de clôtures, gardiens 24h/24).

Europe Ecologie Les Verts dénonce cette traque permanente de migrants qu’on devrait protéger. Personne ne doit dormir à la rue et il faut, État et collectivité locale, s’en donner les moyens.

Les associations et collectifs qui tentent par tous les moyens de leur apporter assistance ont installé ceux qui avaient été chassés du square Vertais dans un gymnase inutilisé appartenant au diocèse de Nantes. EELV salue ce travail.

Au diocèse de décider de les maintenir dans les lieux jusqu’à trouver une solution qui les mette à l’abri au moins pendant la trêve hivernale qui débute le 1er novembre. Et s’ils ne peuvent rester, pouvoirs publics, associations et collectifs doivent trouver ensemble une solution. Personne ne doit dormir à la rue cet hiver.

EELV sait aussi que cette question est complexe et ne nie pas toutes les dimensions politiques, sociales et économiques de l’accueil.

Contact presse : Judith Leray, co-animatrice EELV 44, 0614754735