Mobilisation contre Amazon à Montbert

Au Sud de Nantes, à Montbert, la résistance s’enracine face aux velléités d’implantation d’une imposante plateforme logistique d’Amazon. Retour sur la mobilisation du 29 mai.

William Aucant, architecte nantais membre de la Convention citoyenne pour le climat, et désormais candidat aux élections régionales pour la liste L’Écologie ensemble : solidaire et citoyenne, était de la partie :

William Aucant évoque à juste titre l’étalement urbain et l’artificialisation des sols, en plein vignoble, puisque le projet d’Amazon consiste en la construction d’un pharaonique entrepôt de quelques 185 000 m2 !

Julie Laernoes et Tristan Riom (dont vous pouvez retrouver le dernier billet de blog ici), tous deux conseillers municipaux EELV à Nantes, rappellent eux aussi que l’artificialisation des terres ne doit plus être dans l’air du temps, tout en rappelant l’impunité fiscale dont bénéficie le groupe de Jeff Bezos :

Éric Piolle, maire EELV de Grenoble, s’est quant à lui démultiplié lors de son week-end ligérien. Entre Nantes, Angers, Saint-Nazaire… il a également trouvé le temps de venir à Montbert soutenir les militants ! Et rappeler les nombreux méfaits d’Amazon, qui ne peuvent pas se résumer en un seul tweet :

Ugo Bernalicis, député insoumis, était lui aussi aux côtés de la délégation écologiste. La France Insoumise, partie intégrante de l’alliage écologiste défendu par L’Écologie Ensemble, a d’ailleurs été ouvertement prise à parti par François de Rugy lundi 31 mai. Le candidat LREM s’est emporté durant le 7/9 de France Inter : « Quand j’entends un candidat de la France Insoumise en Loire-Atlantique dire qu’il veut que la région soit un bouclier anti-capitaliste, c’est pas compliqué de faire le sous-titre, ça veut dire que demain la région serait anti-entreprises ». Andy Kerbrat remet les pendules à l’heure :

Et il faut garder une chose en tête : l’entrepôt modèle Amazon est un entrepôt toujours plus robotisé… au détriment d’une main d’œuvre toujours plus précarisée. Sans compter les soucis fiscaux, la concurrence aux commerces de proximité et les coups de boutoir envoyés contre le lien et le tissu social.

Les syndicats et associations étaient bien sûr présents en nombre, tels que Solidaires ou Attac !

Un samedi ensoleillé, autour d’une braderie et au rythme de la batucada, fait de belles rencontres et d’échanges. Et une la promesse pour tous ces acteurs de ne surtout pas baisser la garde face à la multinationale !