Christelle Morançais avec le PDG de Total aux 24H du Mans : un nouvel affront climatique

Samedi 11 et dimanche 12 juin se tenaient les 24 heures du Mans. Une occasion que Christelle Morançais n’aurait raté pour rien au monde pour s’afficher, au départ, aux côtés de Patrick Pouyanné, PDG de Total Énergies.

Nous reproduisons ici le communiqué des élu·e·s écologistes du Conseil régional des Pays de la Loire, que vous pouvez également retrouver sur leur site Web :

Ce samedi 11 juin, la présidente du Conseil régional s’est affichée avec le PDG de Total Énergies, Patrick Pouyanné, choisi pour donner le départ de l’édition 2022 des 24h du Mans. Élues et élus du groupe L’écologie ensemble au Conseil régional des Pays de la Loire, partenaire institutionnel et financier de la course, nous dénonçons l’opération de greenwashing de la multinationale, dont les projets climaticides mettent en danger l’avenir de la planète et de l’humanité, et la complaisance de la majorité régionale vis-à-vis de l’entreprise la plus polluante de France. A quelques jours de la présentation des premiers travaux du GIEC régional, cet affichage est un affront climatique et illustre le manque de crédibilité de la majorité régionale sur le sujet !

Ce samedi, le PDG de Total était mis à l’honneur pour fournir un nouvel agrocarburant aux 62 voitures engagées dans la mythique compétition automobile. Si le développement de certains agrocarburants peut être intéressant pour pouvoir faire évoluer des événements aussi populaires que les 24h du Mans, les projets gaziers et pétroliers de Total, l’entreprise la plus polluante de France et l’une des 20 entreprises les plus émettrices de CO2 dans le monde, ne sont eux pas près de s’arrêter malgré l’urgence climatique.

Selon l’ONG Reclaim Finance, Total est actuellement impliquée dans 24 “bombes carbones”, projets d’extraction d’hydrocarbures dont l’exploitation rendrait impossible la limitation du réchauffement en dessous des 1,5°C. Parmi eux, des projets décidés bien après les accords de Paris sur le climat mais aussi des projets qui méprisent les droits humains comme l’oléoduc Eacop en Ouganda et Tanzanie.

Leur poursuite pourrait réduire à néant l’ensemble des efforts menés par les collectivités territoriales pour lutter contre le réchauffement climatique. Quelle image de voir la présidente du Conseil régional s’afficher avec lui lors du départ, à deux semaines de la présentation des premiers travaux du GIEC régional !

Elsa Richard et William Aucant, conseillers régionaux du groupe L’écologie ensemble